Maladie cœliaque : quelques indications sur l'alimentation à adopter

La maladie coeliaque est une affection auto-immune caractérisée par l’inflammation chronique et l’atrophie de la muqueuse qui tapisse l’intestin grêle déclenchée par une ingestion de gluten (trouvé dans le blé, le seigle, etc), elle touche tous les ages de vie mais est restée longtemps considérée comme touchant les enfants. Attention à ne pas confondre cette maladie et l’intolerance au gluten, cette dernière ne déclenche pas de réaction immunitaire contrairement à la maladie coeliaque. Elle représente une affection encore difficilement diagnostiquée car les symptomes de la maladie, principalement digestifs, font évoquer d’autres pathologies comme le syndrome de l’intestin irritable, l’anémie ferriprive, l’intolerance au lactose, etc.

SYMPTOMES

Les symptômes de la maladie varient en fonction des individus (différents signes chez les enfants notamment, par rapport aux adultes) :

  • ballonements

  • douleurs abdominales ou crampes

  • diarrhée ou constipation

Ces signes digestifs s’accompagnent d’autres symptomes qui affectent les autres systèmes du corps :

  • variation de poids

  • troubles du sommeil

  • état de fatigue chronique

  • céphalées (maux de tete)

  • douleurs osseuses et/ou articulaires

  • troubles de l’humeur (anxiété)

  • malnutrition (dû a la malabsorption des nutriments)

  • règles irrégulières, infertilité et fausses couches spontanées récurrentes

  • peau terne et cheveux très fins

Chaque patient présente sa propre version de la maladie coeliaque, différente en terme de symptômes et en intensité. Certains individus peuvent être atteints de la maladie sans présenter aucun signe de cette dernière.

DIAGNOSTIC

Si vous retrouvez certains de vos symptômes au sein de votre liste, n’hésitez pas a consulter votre médecin afin de pouvoir effectuer les examens complémentaires nécessaires au diagnostic de la maladie.

En effet, les examens tels que prise de sang lors de laquelle on identifie des marqueurs spécifiques de la maladie permettent une premiere orientation néanmoins faute de spécificité et de sensibilité de ces examens sanguins, les praticiens ne les recommandent plus et la Sécurité Sociale ne les prend plus en charge ! Néanmoins d’autres marqueurs plus sensibles peuvent orienter vers un diagnostic positif mais ceux-ci étant couteux ils ne sont que très peu voire pas pratiqués… La médecine a donc recours aujourd’hui a un protocole diagnostique spécifique quant a la maladie cœliaque : ils recherchent des marqueurs spécifiques a coût réduit dans un premier temps, sur des signes évocateurs de la maladie, le médecin décide de faire ou non une biopsie intestinale qui permet finalement de poser le diagnostic.

REMEDE

Nous avons utilisé volontairement le terme “remède” qui englobe tout ce qui sert a prévenir ou combattre une maladie, le but étant ici de ne pas aborder les approches médicamenteuses qui seront très bien expliquées par votre médecin si vous êtes atteint.

Néanmoins les sources évoquant des recommandations naturelles sont pauvres, nous en faisant suivre quelques une parmi :

  1. Ne pas suivre un regime pauvre en gluten mais un regime strict sans gluten car n’importe quelle quantité de gluten peut être a l’origine de la reaction immunitaire, vous n’êtes malheureusement pas au marche de l’intestin a négocier une muqueuse pour une quantité de gluten moins importante ; la muqueuse peut se reconstruire après un certain temps sans gluten

  2. Supplementation : en effet, prendre des complements alimentaires afin de réduire la malabsorption et les taux de nutriments permet de favoriser la disparition des symptomes. On cite parmi les déficiences associées a la maladie : le calcium, le fer, la vitamine B12, le zinc et l’acide folique. Aussi un complement alimentaire multivitamine sans gluten peut être prescrit/recommande par votre médecin referent

Qu’est ce qu’un régime sans gluten en pratique ?

Le régime sans gluten vous autorise a manger certains aliments en dépit d’une autre affection associée telle que l’intolerance au lactose qui ajoutent encore plus de restrictions et interdit un certains nombres d’aliments contenant du gluten ou fabrique avec des traces de gluten.

Liste non exhaustive d’aliments a éviter : l’orge, le seigle, le blé, la levure de bière et donc la bière, la moutarde, le cafe instantané, les epices moulues, la sauce soja (fini les sushis ou makis avec cette sauce mais la wasabi est lui autorise), l’avoine (il existe de l’avoine sans gluten), les soupes en conserve ou préparées, les sauces préparées en boite (bolognaise, béarnaise et compagnie mais aussi les sauces salade prête-a-manger), les chips de pomme de terre, certaines viandes préparées, le réglisse, etc

Liste non exhaustive d’aliments recommandés : le quinoa, le sarrasin, le riz brun, le millet, les farines de noix, les fruits et legumes, les viandes, volailles et poissons, les noix et graines, les légumineuses, les produits laitiers (si pas d’intolerance au lactose associée).

Cet article n’a pas pour prétention de remplacer l’avis de votre médecin, nous essayons d’expliquer comment vous pouvez limiter les effets de la pathologie précitée de manière conservative (sans l’intervention médicamenteuse).