nutrition ALCALINE : une thérapie à part entière

max-delsid-479098-unsplash.jpg
 
 

NON LE CITRON N’EST PAS UN ALIMENT “ACIDE”

Avec tous les régimes présents sur la toile, il est difficile de distinguer celui qui est le plus approprié pour vous… Nous avions abordé le fait de manger moins de viande dans ce précédent article, les protéines animales étant substituables par des protéines végétales associées à des céréales afin d’en améliorer l’absorption. La nutrition acido-basique, au même titre que la nutrition anti-inflammatoire qui fera l’objet d’un prochain article, est une alimentation qui affecte le corps positivement et caractérisée par le pH.

Les études montrent qu’équilibrer le pH de son organisme permet de réduire la morbidité ainsi que la mortalité dans des maladies chroniques telles que le diabète, l’hypertension, la polyarthrite rhumatoïde. Ce principe peut, très bien, s’appliquer à une blessure telle qu’une fracture, une entorse, une tendinite ; ici, on ne parle pas de mortalité ou de morbidité car il n’est pas question de mourir si vous vous êtes “tordus” la cheville évidemment, néanmoins il est question d’optimiser l’environnement naturel d’une structure afin de favoriser sa guérison (améliorer les échanges sanguins, drainer les déchets du corps, reconstruire les tissus environnants, etc). Tous ces mécanismes ont lieu dans un environnement optimal défini par des constantes vitales : la température, l’équilibre chimique (potassium, magnésium, etc) mais aussi le pH.

Alors comment l’approche nutritionnelle acido-basique fonctionne ? C’est l’objet de notre article aujourd’hui, nous avons réuni les informations nécessaires à sa compréhension et sa mise en place au quotidien pour que vous n’ayez pas à vous traîner sur tous les sites Web possibles et inimaginables !

QU’EST-CE QUE LA NUTRITION ALCALINE ?

On lui connait plusieurs noms telle que la nutrition acido-basique, le régime alcalin, le régime pH et bien d’autres. Quel qu’en soit le nom qu’on lui attribue la nutrition alcaline est une alimentation qui permet d’équilibrer le pH dans l’organisme : en effet, le pH est partiellement influencé par les minéraux contenus dans les aliments que nous ingérons. Ce pH détermine un environnement sain pour les cellules vivantes de notre organisme néanmoins, si le pH n’est pas équilibré, alors le milieu sera qualifié d’acide ou alcalin (basique). On admet que maladies ou troubles ne peuvent prendre place dans un milieu à pH équilibré ; plus encore, qu’un milieu qui est rendu neutre à postériori d’une blessure permet d’optimiser la guérison par de meilleurs échanges liquidiens, par un métabolisme qui a lieu à température donnée, etc. Le pH varie en fonction de notre alimentation : des aliments définis comme acides ont une tendance donc à acidifier notre organisme et donc à nous mettre en état d’acidose.

pH : QU’EST CE QUE CA VEUT DIRE ?

pH, acronyme qui signifie “potentiel hydrogène”, est une mesure chimique qui désigne l’acidité ou la basicité d’un milieu. Plus un milieu est acide, plus son pH est bas et par opposition plus un milieu est basique et plus son pH est élevé. Le pH se mesure sur une échelle de 0 à 14 :

  • un milieu neutre est assimilé à un pH autour de 7

mais le pH du corps humain est considéré comme légèrement alcalin à 7.4

ALORS COMMENT CELA FONCTIONNE ?

L’industrialisation agro-alimentaire a fait évoluer notre façon de manger : en effet, nous avons échangé les fruits pour des cookies pour le goûter… pas besoin d’être nutritionniste pour savoir que les cookies n’ont pas les effets nutritionnels escomptés ! Malheureusement les cookies ne renferment pas de minéraux ou d’oligo-éléments qui sont nécessaires à notre métabolisme : notre alimentation, avec les années, renferment moins de magnésium ou potassium par exemple mais plus de sodium contenus dans les boites de conserve, le sel de table, certaines sauces et certaines viandes.

Les reins sont chargés de maintenir l’équilibre électrolytique de notre organisme (calcium, potassium, sodium, etc) mais quand le corps est exposé à une surcharge acide, ces électrolytes servent à combattre l’acidité au sein de notre organisme.

Tous ces changements alimentaires qui ont eu lieu durant ces dernières années exposent notre organisme à une acidose métabolique plus fréquente et ont pour conséquences :

  • le vieillissement cellulaire

  • des troubles fonctionnels des organes (par exemple, le rein qui n’est plus en mesure d’éliminer les déchets du corps)

  • la dégénérescence des tissus (os, ligaments, muscles, etc)

  • la perte de la masse osseuse

Oui, tout ça… Car si les minéraux ne viennent plus de notre alimentation alors le corps se doit de les puiser dans les stocks : ceux-ci sont stockés dans les os, les muscles, les tissus, les organes.

Imaginez les dégâts occasionnés après quelques années ou même toute une vie ! Mesdames, ne cherchez plus la crème Q10 contre le vieillissement mais ajustez votre alimentation !

LES VERTUS D’UNE TELLE NUTRITION

  1. Diminution des risques cardiovasculaires : AVC, hypertension artérielle, hypercholestérolémie, calculs rénaux

  2. Conservation des masses osseuses et musculaires : conservation des minéraux intrinsèques et production d’hormone de croissance boostée par les minéraux

  3. Diminution de l’inflammation et des douleurs chroniques : l’acidose chronique favorisent les lombalgies chroniques, les céphalées, les douleurs menstruelles, l’inflammation, les douleurs articulaires, etc

  4. Amélioration de la fonction immunitaire

  5. Aide l’absorption des vitamines dans l’organisme

L’ORDONNANCE

  • Privilégier les aliments alcalins (biologiques, si possible)

  • Vous pouvez prendre connaissance de votre pH, en achetant des bandelettes d’auto-test pH disponibles en pharmacie ; généralement vous aurez à tester vos urines ou votre salive : résultat quasi-instantané ! Bien évidemment, si votre pH est reconnu comme neutre, vous n’aurez pas besoin de rééquilibrer votre alimentation - Nous attirons votre attention sur le fait de tester votre pH à distance des repas !

  • Les aliments reconnus comme alcalins ou basiques sont parmi cette liste indicative mais non exhaustive :

    • les aliments les plus alcalins sont les fruits et légumes ; certains plus que d’autres tels que les épinards, le raisin, l’avocat, les tomates, le concombre, le brocolis, les haricots verts

    • saviez-vous que la cuisson ôtaient à vos aliments leurs minéraux et/ou vitamines ? Mangez cru pour compenser la perte des fruits et légumes cuits !

    • les amandes

    • attention, l’eau alcaline n’apporte aucun effet sur le pH sanguin néanmoins elle renferme plus d’hydrogène qu’une eau “normale” ; afin de booster la basicité de l’eau, beaucoup de personnes y ajoutent du citron (c’est donc pour ça que tous les sites parlent de boire de l’eau avec du citron le matin…) ou de la bicarbonate de soude, ne faites pas ça trop longtemps au risque de renverser les effets de votre “cure”

  • Les aliments reconnus comme acidifiant le milieu interne sont :

    • les plats préparés qui sont riches en sodium ou encore l’ajout de sel dans vos plats ;

    • la charcuterie

    • les œufs

    • les céréales (qu’elles soient complètes ou non)

    • les produits laitiers

    • les cacahuètes et les noix

    • le riz, les pâtes, la bonne baguette de la boulangère ou le pain de mie acheté au supermarché

  • Certaines mauvaises habitudes contribuent à une acidose :

    • la consommation d’alcool et de drogues ;

    • la consommation excessive de caféine

    • l’absence de légumes dans votre alimentation : déficit en fibres

    • la sédentarité mais pour une fois, les sportifs qui pratiquent trop d’activités sont aussi concernés…

    • enfin la consommation prolongée d’antibiotiques

    • etc

Alors, après avoir lu cet article, êtes-vous prêts à mettre en place quelques ajustements ?

Cet article ne prétend pas remplacer l’avis d’un professionnel de santé, il a seul but d’éduquer les lecteurs curieux et soucieux de leur santé.