hypertension artérielle : être atteint sans le savoir !

nathan-dumlao-510450-unsplash.jpg
 
 

la pathologie est souvent découverte de manière fortuite…

On a tous déjà eu à faire, au moins une fois, à cette personne qui ose refuser une planche de charcuterie ou de fromage, ou même du sel de table… Blasphème ! Cet individu n’a pas refusé ces aliments chers à notre culture culinaire par plaisir mais sûrement car sa santé en dépendait : en effet, bon nombre d’individus sont, aujourd’hui, de plus en plus touchés par l’hypertension artérielle et parfois, sans même le savoir.

Qu’est-ce-que l’hypertension artérielle (HTA) chez l’adulte ?

Il s’agit d’un facteur de risque, caractérisé par une pression anormalement forte du sang contre la paroi des artères : c’est un état relativement normal lorsque vous êtes soumis à un stress ou à un effort physique ; néanmoins, pour les personnes hypertendus, la tension (ou pression) reste relativement élevée à tout moment.

On parle de pression artérielle optimale lorsque le médecin mesure des valeurs autour de ces valeurs référentes :

  • pression systolique < 120 mmHg (mmHg est l’unité de cette valeur)

  • pression diastolique < 80 mmHg

Génial, vous avez les valeurs mais que veulent dire systolique et diastolique ?! La pression systolique est la pression artérielle mesurée lors de la phase de contraction du cœur ; la pression diastolique est la pression artérielle mesurée au cours de la phase de relâchement du cœur après s’être contracté.

Une pression artérielle jugée comme “normale” s’apparente aux valeurs suivantes :

  • pression systolique : 120 - 129 mmHg

  • pression diastolique : 80 - 84 mmHg

Ainsi, vous l’aurez compris, une pression artérielle est mesure par un couple de pressions…

L’hypertension artérielle est donc définie par les couples suivant :

  • pression systolique > 140 mmHg

  • et/ou pression diastolique > 90 mmHg

Néanmoins, la mesure ne s’arrête pas la, il existe plusieurs grades d’hypertension artérielle (au nombre de 3).

Pour les grades 1 et 2, le diagnostic d’HTA est posé après 2 mesures faites au cours d’une consultation et ce, sur trois consultations successives sur une période de 3/6 mois : en effet, il ne suffit pas d’une consultation médicale pour en poser simplement le diagnostic, il s’agit d’un diagnostic fait sur le moyen terme.

Pour le grade 3 (pression artérielle la plus élevée), le diagnostic est posé après 2 mesure faites au cours d’une consultation et ce, après 2 consultations rapprochées : la condition étant plus sérieuse, on ne peut se permettre d’attendre…

qui est concerné ?

L’hypertension artérielle fait plus de victimes que le terrorisme dans le monde… elle touche notamment les populations des pays industrialisés et en France cela représente 8 Millions d’individus diagnostiqués (on estime a 15 Millions le nombre réel).

Le risque augmente avec l’âge, pourquoi ? Tout simplement, car les artères perdent leur capacité à se distendre pour s’adapter au flux sanguin !

Les femmes sont à plus haut risque dû à la contraception, la grossesse, ou les traitements hormonaux de substitution lors de la ménopause, encore une injustice ! De plus, il existe un facteur ethnique favorisant qui est d’être noir.

D’autres facteurs prédisposant entrent en ligne de compte parmi :

  • la consommation d’alcool

  • la sédentarité

  • l’exposition au stress

  • la génétique

  • le tabagisme reste un facteur encore très controversé…

Le mécanisme

Plusieurs facteurs ont été évoqués comme étant la cause de l’HTA. On distingue deux types d’hypertension, 90% est décelé comme étant une atteinte dite “essentielle” ou autrement dit primaire et 10% étant une atteinte secondaire à une autre affection.

Concernant l’HTA essentielle qui est celle qui touche le plus les patients, la médecine évoque plusieurs causes :

  • un défaut d’excrétion du sodium (qui est contenu dans le sel notamment) : en effet, si votre organisme n’est plus en mesure de se débarrasser du sodium dans votre corps alors il finit par l’accumuler…

  • un désordre du système nerveux autonome

  • un désordre d’un complexe appelé système rénine-angiotensive-aldostérone

LES SYMPTÔMES

L’hypertension est un signe latent ; on ne s’en rend pas compte au quotidien jusqu’à ce qu’on aille chez son généraliste pour un bilan annuel pour ceux qui fréquentent le moins les cabinets médicaux et que le médecin mesure cette pression artérielle à l’aide de son stéthoscope et tensiomètre (pour les médecins old school) !

Quelques symptômes, plus subtiles, permettent d’évoquer un diagnostic d’hypertension artérielle :

  • céphalées occipitales

  • fatigabilité anormale

  • saignements du nez

  • bourdonnements d’oreille

  • troubles de la vision, etc

La gravité ne réside pas dans le symptôme lui-même mais plutot dans les risques encourus si le symptômes n’est pas pris en charge médicalement parmi :

  • les pathologies neurosensorielles

  • les pathologies cardiovasculaires

  • les pathologies rénales

l’ordonnance

  1. Prise en charge thérapeutique classique :

    • consulter votre médecin pour un bilan

    • une fois le diagnostic posé :

      • mesures hygiéno-diététiques : alimentation, exercices, réduction de l’utilisation de sel qui devient frustrante avec le temps

      • traitement des facteurs de risque (suppression alcool, etc)

      • traitement médicamenteux (ils améliorent la condition mais ne traitent pas la cause)

      • éducation du patient

  2. Prise en charge conservative (non médicamenteuse) :

    • alimentation : alimentation végétarienne ou végétalienne qui ont été prouvés pour renverser les effets de l’hypertension artérielle, à lire ICI dans ce précédent article, alimentation méditerranéenne, aliments riches en potassium, le vinaigre de cidre, le thé (blanc) ou encore le VRAI chocolat noir (pas un Kinder…)

    • activités physiques : notamment l’interval training qui agit de manière favorable sur le cardio (attention à rester sous la supervision de votre médecin référent)

Cet article ne prétend pas remplacer l’avis de votre médecin, mais vous informer sur les possibilités qui s’offrent à vous quant à la prise en charge thérapeutique de votre condition clinique.