comment intégrer le pilates a votre thérapie ?

black-and-white-close-up-cube-37524.jpg
 
 

on ne parle pas d’avoir le “six pack”

Aujourd’hui j’ai assisté à l’un de mes premiers cours de pilates à Paris et j’ai pensé qu’il serait intéressant d’en partager les bienfaits avec vous. En tant qu’ostéopathe, j’ai pour habitude de recommander le mat pilates (au sol) à certains de mes patients souffrant notamment de lombalgies qu’elles soient aigües ou chroniques ; néanmoins je ne le recommande pas à tous mes patients souffrant de lombalgies, pourquoi ?

Au cours de mon expérience professionnelle, j’ai pu distinguer plusieurs aspects de la lombalgie parmi lesquelles on compte le manque de stabilité d’une part, et le manque de flexibilité de l’autre part. Suivant les principes ostéopathiques, la première démarche consiste à restaurer la flexibilité : qu’est-ce que j’entends par flexibilité ?

La flexibilité peut être exprimée, en d’autres termes, par la souplesse mais attention, je ne parle pas ici de se plier en quatre pour amener son plus petit orteil au sommet de sa tête…

Vous souvenez-vous de ce moment à partir duquel vous avez commencé à ressentir ces raideurs lombaires le matin en vous réveillant ? Je suis sûre que vous vous en souvenez, sinon vous ne vous sentiriez pas concerné(e) par cet article ! Généralement, les enfants ne sont que rarement atteints de lombalgies parce qu’ils sont tous simplement flexibles !!! Plusieurs facteurs favorisent la survenue de ces douleurs dans le bas de votre dos :

  • les heures interminables assis presque toute la journée : que vous preniez le métro, que vous conduisiez votre véhicule, que vous soyez au bureau, en réunion, assis à boire un verre ou diner avec des amis, à regarder la TV ; vous êtes sans cesse ASSIS !

  • le manque d’activités physiques : vous aviez l’habitude d’avoir une routine et, du jour au lendemain vous avez arrêté la ou les activités qui vous faisaient bouger ; aujourd’hui, difficile de reprendre !

  • l’âge croissant ne nous arrange malheureusement pas : en effet, notre organisme inactif finit par s’ankyloser

Dans le cas d’un manque de flexibilité, de souplesse, de mobilité, ce qui est recommandé c’est d’être actif ; faire une activité comme marcher, rapidement ou non mais surtout d’être assidu. Souvent, le yoga et les étirements sont d’un bénéfice important pour les patients qui se disent revivre depuis qu’ils pratiquent ces activités ; si vous ne voulez pas entendre parler de yoga, comme beaucoup de mes patients, notamment les hommes qui sont convaincus qu’il s’agit d’une activité féminine ; je vous invite à effectuer une routine matinale de mouvements répétitifs couplés à des étirements ; le web regorge d’options ! Attention, les personnes atteintes d’une pathologie particulière doivent être supervisées, surtout écoutez votre corps, si vous sentez que cela tire trop ou même que cela fait mal alors arrêtez les exercices de suite. Le « no pain, no gain » ne s’applique pas quand vous avez déjà mal quelque part, croyez moi !

A propos du manque de stabilité, dû principalement au manque d’activité, il se justifie par le fait que vos muscles stabilisateurs aient fondu (telle une glace exposée au soleil), il vous est donc recommandé de renforcer les muscles en question : on retrouve le plus souvent les muscles fessiers, les muscles abdominaux profonds (je ne parle pas d’avoir le « six-pack »), les muscles dorsaux liés aux douleurs lombaires ; bien évidemment, il en existe bien plus ! C’est là que la méthode pilates fait ses preuves, notamment dans les cas de lombalgies chroniques (médicalement, une lombalgie chronique est une douleur qui affecte le patient depuis 3 mois ou plus). Je suis sûre que vous pensez qu’une bonne vidéo Youtube à 15k vues pourrait vous aider MAIS j’insiste vraiment sur le fait que cette méthode soit rigoureusement réalisée et supervisée par un professionnel ; si vous saviez comment engager vos muscles abdominaux profonds, vous n’auriez pas mal et donc vous n’iriez pas consulter ni votre médecin, ni votre kinésithérapeute, ni votre ostéopathe, ni votre chiropracteur !

 

Le pilates est une méthode relativement douce qui allie la respiration et la contraction des muscles profonds du corps ; les exercices se pratiquent généralement au sol sur un tapis (mat pilates) ou sur des machines (reformer pilates). Sont utilisés également, des bandes élastiques, des ballons, des ressorts afin d’y ajouter parfois une résistance ou un atout proprioceptif (perception consciente ou inconsciente de la position du corps dans l’espace). Bref, le pilates est un atout majeur sur la route du rétablissement de douleurs lombaires alors n’hésitez pas à faire un cours d’essai pour mieux comprendre, demandez conseil à votre praticien de santé quant à l’intégration de cette méthode dans votre thérapie, seul lui peut vous indiquer quand commencer, et pendant combien de temps, vous vous doutez bien que les résultats ne se manifestent pas du jour au lendemain !

 

L’ordonnance

·       Quelque soit l’activité que vous choisissez, yoga ou pilates, pratiquez à raison d’une fois par semaine pour commencer afin d’éviter les blessures puis augmentez progressivement à deux fois par semaines une fois que vous vous sentez à l’aise et que vous avez assimilé la technique.

·       N’hésitez pas à combiner yoga et pilates car ces deux disciplines sont relativement complémentaires : vous pouvez pratiquer une séance de chaque par semaine !

·       Enfin, ne négligez pas les phases respiratoires qui doivent être synchrones à un mouvement ; l’inspiration accompagnent certains mouvements et l’expiration en accompagnent d’autres : c’est aussi de cette manière que vous éviterez de vous blesser.

Elodie Nordey D.O