CARNIVORE, VéGéTARIEN, VéGAN : ARRêTONS DE PARLER « RéGIME » !

Crédit Photo : Katie Smith

Crédit Photo : Katie Smith

 
 

“l’équilibre d’une alimentation”

Ce matin, nous avons assisté à un atelier démonstration cuisine au sein d’une coopérative de magasins bio animé par un spécialiste de la cuisine biologique et alternative, Gilles Daveau. Nous étions curieux de découvrir les sujets abordés mais d’autant plus curieux de découvrir l’approche ; car finalement, ce qui est intéressant dans une démonstration c’est la manière dont l’animateur amène le sujet et comment il le rend accessible à son public. On vous en parle aujourd’hui ! 

Avec un ton sarcastique, Gilles a réussi à nous questionner sur l’approche alimentaire classique, faire bouger les stigmas (parfois non fondées) qui règnent sur nos mœurs alimentaires en France. Mangez-ci, mangez-ça ! Ceci n’est pas bon, cela l’est beaucoup plus pour votre santé ! Sans parler du goût des choses soit disant « healthy » que personne ne sait cuisiner ! Avec tous ces grands régimes, on ne sait plus comment manger ! Ce qui est vrai, ce qui est faux… mais on sait pertinemment que le slogan « Mangez, bougez » n’est pas qu’un mythe… Nous avons abordé la question de l’alimentation avec viande, peu de viande ou même sans viande pour que vous n’ayez pas à le faire !

 

L’équilibre est un mot valable pour l’organisme tout entier, l’organisme ne possède aucune structure en son sein où la notion d’équilibre ne s’applique pas ! Le focus a été donné notamment sur l’équilibre d’une alimentation végétarienne, végétalienne, carnivore puisque vous y retirer quelque chose que vous aurez donc à substituer in fine.

Les clés pour cette alimentation équilibrée résident dans la « nutridiversité », les modes de cuisson, le circuit court producteur (favoriser le bon et vrai label « biologique ») pour des produits de qualités et non pas en quantité, puisque ce qui est généralement bon est, par analogie, plus cher ; alors si, en plus, vous mangez qualitativement et en quantité, autant vous dire que vous devez devenir riche (une raison de plus) !

 

Les principes de cette alimentation nécessitent de classifier les nutriments afin d’en connaitre les fonctions :

·       les protéines, sels minéraux et acides gras essentiels servent à construire notre organisme (à la manière d’une charpente pour une maison) : os, ligaments, muscles, cerveau, etc

·       les glucides à la manière d’un carburant automobile nous permet de créer de l’énergie pour l’organisme et quand un trop-plein de glucides existe, nous les stockons sous forme de lipides qui finiront par constituer une source d’énergie future ou un poignet d’amour !

·       enfin des fibres, des micronutriments (oligo-éléments, vitamines) et de l’eau afin de maintenir notre organisme en vie. Les autorités de santé françaises recommandent la consommation d’eau à hauteur de 2,5L par jour afin de compenser les pertes d’eau de notre organisme au cours d’une journée ; nous serions curieux de constater le nombre de personnes qui comptent leur apport journalier d’eau. Quand pareille recommandation est faite, ne la prenez pas au pied de la lettre, en buvant littéralement 2,5 L d’une bouteille d’eau car l’eau est aussi le composant de beaucoup d’aliments telle que le concombre, la pastèque, la salade verte, la courgette et bien d’autres.

 

L’autre grande question fondamentale qui a été posée était : comment substituer les protéines animales par des protéines végétales ? Oui, nous savons que les idées reçues vous diront qu’on ne pourra JAMAIS absorber les protéines végétales mais force est de constater la capacité d’absorption augmentée d’une protéine végétale quand elle est complémentée par une céréale : en effet, à l’échelle des acides aminés essentiels (AAE), en associant protéine végétale et céréale, la combinaison complémentaire des AAE serait plus que gagnante ! Les végétariens ne possèdent pas beaucoup plus de carences que les carnivores. Les questions des menus végétariens ou végétaliens sont un peu plus autour de la fixation du fer et de l’apport en vitamine B12 qui est d’origine strictement animalière.

 

L’ordonnance

Diversifiez votre alimentation en nutriments (apports en glucides, protéines, fibres, lipides,etc), en mode de cuisson (vapeur, à l’étouffée, au four, rissolé), en forme (une pomme, une compote, en gelée) !

Si vous vous sentez de partir pour un menu végétarien, pour toujours ou pour un jour, pensez à substituer vos protéines animales par des protéines végétales assimilées à des céréales ! Manger une protéine végétale sans sa céréale finalement reviendrait à manger sa tartine sans le beurre…

Enfin, un dernier tip, que nous avons appris, parce que non, nous n’inventons rien… Afin de bénéficier des qualités nutritives maximales de vos repas, associez vitamine C (citron, par exemple), protéines et fer afin d’améliorer l’absorption du fer par l’organisme.

 

L’alimentation est une médecine et nous sommes convaincus qu’elle doit faire partie intégrante du parcours de soin, peu importe votre affection !